Notre projet

Mais pourquoi diable une box de cuisine médiévale ?

Quelle est l’origine du projet MédiMoinsQuart ?

Tout a commencé sur un marché médiéval, à partir d’une discussion entre Jérémy et un traiteur historique. Le poulet au citron et aux lentilles de ce dernier l’ayant intrigué, une conversation fut engagée sur la gastronomie de cette époque et les ouvrages de référence tels que le « Viandier de Taillevent ». Par sa formation d’agronome, Jérémy se dit alors qu’une approche historique de la cuisine pourrait être un superbe moyen de vulgarisation quant aux questions actuelles autour de l’alimentation. Il n’en a pas fallu plus pour que Mélaine, une connaissance de Jérémy impliquée dans la médiation culturelle autour de l’histoire et médiéviste convaincue, rejoigne l’aventure. Finalement, quand les deux contactèrent Fabian pour obtenir sa bénédiction de référence en cuisine historique, ce dernier se montra spontanément intéressé pour participer à ce projet de vulgarisation d’une thématique qui lui tient à cœur depuis plus de vingt ans déjà.

La première page du Viandier de Taillevent, tel qu’édité en 1495 et accessible en ligne sur le site internet de la Bibliothèque nationale de France (BnF). On y lit notamment en introduction : « Ci s’ensuit le Viandier pour appareiller toutes manières de viande que Taillevent, queulx du roy notre site, fit tant pour abiller et appareiller boully, rousty, poissons de mer et d’eaue doulce : saulces, espices et aultres choses à ce convenables et nécessaires, comme cy après sera dit »

Pourquoi une box, et pourquoi le Moyen Âge ?

Nous autres français adorons parler de nourriture en cuisinant et en mangeant. Il semblait donc tout indiqué de proposer un modèle qui permette d’aborder la question de l’histoire de l’alimentation, à la fois aux fourneaux et à table. Nous avons donc réfléchi, et nous nous sommes dits que de proposer des kits de cuisine thématique historiques, ça pourrait quand même être une chouette idée. Pour cela, nous avons choisi de commencer à travailler l’époque médiévale, qui pose bon nombre de bases des pratiques alimentaires en France et en Europe. Concernant le format enfin, le modèle de box par abonnement a pour avantage de pouvoir permettre d’aborder un thème différent par mois, et de suivre ainsi le cours des saisons. Aura-t-on besoin de préciser que nos ancêtres ne mangeaient pas de fraises en hiver ? 🙂

Le foyer, lieu de vie de l’habitation médiévale. Feuillet extrait du Tacuinum sanitatis d’Ibn Butlân, exemplaire Lat.9333 (circa 1450), BnF.

Qu’est ce qui ferait la spécificité de cette box ?

La spécificité de notre box, c’est évidemment son approche « tout-en-un » de l’histoire de l’alimentation par la pratique culinaire ! 🙂 Au travers du choix des produits tout d’abord : nous voulons vous proposer des ingrédients difficiles à trouver dans le commerce traditionnel. Nous les souhaitons qualitatifs, avec à terme une collaboration directe avec des producteurs. Le choix des recettes ensuite, qui sont directement issues de travaux de recherche en histoire de l’alimentation. Fabian retranscrit, traduit et adapte des recettes depuis des réceptaires. Le contenu éditorial également : chaque mois, la box sera accompagnée d’articles riches, illustrés,et sourcés, rédigés par des experts.

Au final, nous voulons que notre box soit une véritable expérience historique et culinaire, proposée par des passionnés pour un public curieux ou connaisseur !

Le poivre fait partie des épices dont la diversité cultivée est telle qu’il peut être difficile de se procurer le type de poivre correspondant à celui que pouvaient consommer nos aïeux. La récolte du poivre, vue extraite du Livre des Merveilles de Marco Polo, manuscrit en français, ~1490, BnF.

Une réflexion au sujet de « Mais pourquoi diable une box de cuisine médiévale ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *